‘The Fuck!

Le prequel d’Alien, dont le scénario n’est toujours pas écrit, serait en voie d’être réalisé par Ridley Scott himself, qui jusqu’alors était annoncé comme simple producteur. D’aucuns pourraient se réjouir mais en y réfléchissant bien, il y a pas vraiment de quoi se réjouir d’un énième épisode à la base, peu importe qui soit aux commandes.

Marrant de voir que si à l’époque où, jeune réalisateur, il enchainait deux chefs d’œuvre (Blade Runner et Alien), signer une suite était trop indigne pour sa personne (Cameron s’en était plutôt bien occupé), le gars retourne aujourd’hui sa veste afin de se faire un peu de blé sur une franchise déjà bien mal en point après s’être faite défoncer dans tous les sens, et que Scott, tel un enculé d’opportuniste, va bien finir.

Ce qui fonctionnait dans Alien c’était la trame horrifique classique, un crescendo dans l’angoisse et l’épouvante, mêlés à une SF ultra-réaliste. L’équipage du Nostromo, un cargo spatial en route pour la Terre, plongé dans un “hypersommeil”, est réveillé par un S.O.S. Il monte une expédition pour retrouver les survivants… Un des hommes est attaqué et en résultera la naissance d’un monstre qui va joyeusement décimer tout le monde.

Dans le cas de figure où le prequel en dirait plus sur le “space jockey”, ce qui est un peu ce que les fans attendent, le film pourrait vraiment être cool, mais dans celui où il n’irait pas chercher très loin, c’est-à-dire raconter une aventure similaire à celle de l’équipage du Nostromo, avec une énième bestiole boulottant de l’humain, l’idée est sans intérêt.

La trilogie a toujours gravité autour de Ripley (incarné à la perfection par Sigourney Weaver). C’est Ripley qui, suite à une attaque sur une planète isolée – planifiée par la compagnie Weyland – est chargée de secourir les survivants, aidée d’une équipe de space marines, pour découvrir non pas un, mais une colonie entière dans Aliens, et sa reine, dans une suite signée par un Cameron qui mise davantage sur l’action et la confrontation entre les deux races. Et enfin (j’éviterai la polémique en parlant de Resurrection) dans Alien³, le vaisseau des survivants de l’épisode précédent s’écrase sur une planète prison, avec pour seule rescapée Ripley, qui se retrouve elle-même avec un alien dans le bide. L’ambiance était glauque et sinistre et morbide et l’originalité venait de la vélocité d’un alien quadrupède (l’hôte est ici un chien et pas un homme) et de la menace à la fois extérieure (le monstre) et intérieure (les prisonniers psychopathes) mais valait surtout pour son final, qui terminait en beauté une trilogie parfaite. Réellement parfaite. Avant qu’elle ne soit ravagée par la série des AVP.

Raconter -et donc expliquer- comment des personnages – interprétés par des inconnus ou/et des incapables – se retrouvent aux prises avec des aliens serait inutile. Entre un équipage de cargo impuissant, une escouade de marines décérébrés, une population de criminels désarmés, et des mercenaires cyniques, et entre la partie de cache cache du 1, la guérilla et la paranoïa du 2, la chasse à l’homme au monstre du 3 et la course poursuite du 4 (je fais un effort), les parties de chasses furent variées. Et bien que ce soit la confusion provoquée par l’aspect protéiforme de la menace et la surprise des attaques qui nous fout la trouille, c’est aussi le mystère qui entoure le S.O.S. qui commence à faire flipper et sur le même principe, la planète qui ne répond plus dans le second, et le crash du vaisseau dans le troisième qui participe à installer une atmosphère oppressante. Se servir de ça pour en faire un film à part entière, et sans Sigourney Weaver, à quoi bon sérieux ?!

Certes, Ridley sait réaliser un film, mais donnera-t-il autant de puissance et d’intensité et surtout y prêter le même enthousiasme que trente ans auparavant ? Il est de toute façon impossible d’égaler le chef d’œuvre absolu qu’est Alien. Par contre il est carrément possible qu’il ternisse son image en réalisant un épisode superflu, fatalement destiné à être une merde, bourrée d’effets spéciaux dégueulasses et de redondances scénaristiques. Je te pisse dessus Ridley, sale vendu.

4 thoughts on “‘The Fuck!”

  1. Comme tu y vas mon ami ! Si je ne viendrais pas contredire tes propos, je pense qu’il faut néanmoins mettre en perspective le retour de Ridley, bien que je sois bien le dernier a vouloir le défendre, car il a vraiment rien fait de bien depuis “Gladiator”, ça remonte…

    De mon point de vue, je pense que le réalisateur – en plus de se faire du blé et de refaire parler de lui – veut redonner ses lettres de noblesse a une franchise qui a longtemps perduré comme étant une des plus remarquables de l’histoire.
    La tétralogie “Alien” initiée par le cinéaste anglais a toujours été servie par des scénarii ambitieux et originaux (et par des réalisateurs du même acabit) qui, contrairement à la majorité des franchises, ne se contentait pas de recopier le scénario original à l’infini.

    Mais tout ça c’était avant Paul FUCK YOU Anderson, un “réalisateur” je-m’en-foutiste et scénariste spécialisé dans les adaptations de franchises vidéoludiques. S’il a réalisé le sympathique Event Horizon, le bonhomme a commis un nombre d’infamies cinématographiques qui le placent dans le tiercé gagnant des réals’ de blockbusters merdiques qui malgré tout arrivent à enchaîner les films (avec Mr. Bay et Mr. Emmerich).

    C’est à ce bonhomme qu’on doit le 1er Mortal Kombat, Soldier, Resident Evil et le remake de Death Race 2000; bref, des bijoux de nullité ! Mais le pire, c’est que le mec signe les scénars’ des suites de ses films sans les réaliser, pour être sûr de garder une cohérence de nullité sur toute la franchise (voir la série des Resident Evil, et le respect zéro des jeux vidéo qu’il adapte et dont il se dit fan).
    Tout ça pour vous dire que c’est LUI l’homme responsable de la mort de 2 de vos franchises favorites, c’est lui “l’homme qui tua Predator et Alien avec une seule balle”.
    Je me souviens encore, j’étais encore un enfant innocent, quand j’ai assisté (avec un ami) à un des plus terrifiants spectacles qui m’ait été donné de voir. Il y avait pourtant des aliens et des predators qui se mettaient sur la gueule (fantasme de bambin), et même Lance Henriksen ! Mais c’est vraiment mal passé. Anderson avait réussi l’exploit de composer un film chiant, creux et risible qui transformerait à jamais ma vision jusqu’ici idyllique des franchises Alien et Predator.

    PLus tard j’ai même poussé le vice jusqu’à aller voir Alien vs. Predator: Requiem (un titre magique). Ecrit par Anderson, cet opus était tout aussi nul.

    Voilà pourquoi je prends comme une bonne nouvelle le fait que Ridley reprenne les commandes du “Alien” nouveau, tout comme le fait que Rodrigo reboot la série “Predator”. Je considère que ces mecs montent au créneau pour redonner une crédibilité aux franchises qu’ils ont aimé. J’attends donc avec espoir ces deux films, même si je ne doute aucunement de la pugnacité de gens comme Paul Anderson et ses producteurs pour capitaliser sur le futur succès de ces 2 films en nous servant un nouvel “Alein vs Predator”…

  2. Entendu et si ton enthousiasme fait plaisir à voir, même si tu oses mettre un patronyme devant cette raclure d’Emmerich et ce bâtard de Bay (Bay est réellement un bâtard au sens propre puisqu’il serait le fils illégitime de John Frankeneimer) mais ta naïveté me fait un poil régurgiter du vomi dans la bouche.

    Parce que tu vas pas me faire croire que Scott a des intentions artistiques. Rodrigo, en vrai fanboy, veut ajouter sa pierre à un édifice qui s’est écroulé après une suite sous-estimée mais faiblarde et la série des deux films AVP qui ont achevé de pourrir la franchise (ta citation des mots de Mad Movies m’a bien fait rire en y repensant) J’aimerais, comme toi, penser que Scott ne fait pas ça juste pour redorer son blason. Mais vu qu’il n’y a toujours pas de scénariste, ni de réalisateur, car c’est le studio qui tient à ce que leur exec’ reprenne les rennes – lui n’a rien signé – ça me semble compromis.

    Ah ce moment ou toi et moi nous sommes regardés interloqués quand le predator cavale aux cotés de l’héroïne dans AVP…

  3. “Deux franchises niquées d’un coup, et sans vaseline !” Et ouais, mais que veux-tu, I WANT TO BELIEVE…

  4. D’ailleurs en parlant de PredatorS Rodrigo va officier en tant que producteur en laissant la place de réalisateur à celui de Vacancy, le très réussi film d’horreur avec Kate et Luke. J’attends quand même de voir son nouveau film d’action avec Jean Reno and Co. en convoyeurs de fond pour confirmer son talent…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s