Between Two Ferns With Zach Galifianakis

Même si Zach Galifianakis commence à être connu (vraiment découvert dans The Hangover, il sera prochainement dans la série Bored To Death aux côtés de Jason Schwartzman et Ted Danson) le type continue ses petits sketchs produits par Scott Aukerman (podcasteur du Comedy Death Ray) pour FunnyOrDie. “Between Two Ferns”, littéralement “entre deux fougères”, ce que l’on pourrait traduire assez librement par “entre deux chaises” pour décrire le malaise généré dans ses interviews, fabriquées évidemment de toute pièces, mais en réalité totalement improvisées de chaque côtés (interviewer/interviewé), décidément irrésistibles.

Je vous conseille de mater les autres épisodes, fleurons du deadpan humor – expression idiomatique que l’on pourrait rapprocher de pince-sans-rire – qui est une sorte d’humour qui se définit par l’absence de drôlerie. On ne rit pas parce que c’est drôle, parce que la blague fait sens et est drôle, ha ha. Ici, le rire est une arme de défense, contre l’incongruité de la situation. C’est le principe régissant la série The Office (UK), et qui est appliqué à la version américaine par ailleurs. Ici, ce type de comédie est couplée au délire absurde, et c’est ce qui fait la patte de Galifianakis.

Ce qui est remarquable aussi, c’est la capacité du comique à user de l’image que chacun de ses invités renvoient, soit en la détournant, soit en l’intégrant au sketch. Jon Hamm est ainsi tout aussi taciturne, présomptueux et autoritaire que Don Draper dans Mad Men et Michael Cera est l’adolescent timide et autiste, comme George-Michael dans Arrested Development. Nathalie Portman quant à elle arrive avec son image de girl next door (elle a un chien !) et passe de la condescendance à la consternation. Bradley Cooper (avec qui il partage l’affiche de The Hangover, pour ceux qui ont définitivement du mal avec les prénoms !) arrive en pote (ils se connaissent depuis un bail en fait) et est mal reçu et Jimmy Kimmel (un Cauet d’outre-Atlantique, la classe et le talent en plus, que vous connaissez peut-être pour son I’m Fuckin’ Ben Affleck) se trouve dans une situation où sa verve et sa répartie n’ont aucune prise. Enfin, Charlize Theron, qui est l’incarnation du glamour, se la joue pas maquillée, et assure.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s