Les 15 Films d’Action de la Décennie

15. Apocalypto de Mel Gibson (2006)

14. John Rambo de Sylvester Stallone (2008)

13. Black Hawk Down de Ridley Scott (2001)

12. Mission: Impossible III de J.J. Abrams (2006)

11. Iron Man de Jon Favreau (2008)

10. The Good, The Bad, The Weird (좋은 놈, 나쁜 놈, 이상한 놈)
de Kim Jee-woon (2008)

9. Exiled
de Johnnie To (2006)

8. Crouching Tiger Hidden Dragon
de Ang Lee (2000)

7. The Bourne Identity
de Doug Liman (2002)

6. Spider-Man 2
de Sam Raimi (2004)

5. Red Cliff (赤壁)
de John Woo (2008)

4. Casino Royale
de Martin Campbell (2006)

3 & 2. Kill Bill volume I & II
de Quentin Tarantino (2003/2004)

1. The City Of Violence (짝패)
de Ryoo Seung-wan (2006)

3 thoughts on “Les 15 Films d’Action de la Décennie”

  1. J’ai bien lu ? Film d’action, “Black Hawk Dawn”. Putain c’est un film de guerre, pas d’action ! Les films d’action usent de la violence pour divertir, pas pour dénoncer ! Pourquoi pas mettre “Platoon” ou “Apocalypse Now” dans les films d’action ?! Je rêve…

    Là franchement c’est inexcusab’

  2. Houlà, mais cette définition n’appartient qu’à toi poto. “Je rêve” non mais des fois…

    Leur place est très nettement dicutab’ – mais pas inexcusab, et encore moins impardonab’…

    Ridley Scott – comme Katheryn Bigelow avec The Hurt Locker – fait un film de guerre, certes, mais aussi d’action, un genre, tu devrais le savoir, qui peut se confondre avec d’autres, comme le genre horrifique peut se confondre avec la science-fiction (Alien du même réalisateur), peut comprendre une part de fantasy, d’horreur, de suspense, ou de comédie, mais est tout de même mu par une tendance au spectaculaire, aux figures de style caractéristiques (gunfights ou bastons, ralentis ou explosions), et non pas par le ton du récit, ni par la nature de l’intrigue, du propos. Si on suit ta logique, Red Cliff est un film historique, Casino Royale, un film d’espionnage, et Iron Man un film de super-héros. Black Hawk Down est un film de guerre – comme Rambo dans un sens – mais aussi et surtout d’action.

    Et excuse moi, mais ces films sont divertissants, et dans une moindre mesure dénonciateurs. Dans The Hurt Locker Bigelow s’intéresse davantage à l’état mental de ses héros tout en renouant avec une mise en scène épurée, classique, limpide. Dans Black Hawk Down, Scott ne prend pas parti, et raconte à peine l’Histoire, préférant se focaliser sur l’histoire, la situation tactique (catastrophique) des soldats, annonçant le style documentaire qui a plombé toute la décennie – et la suivante – donc parce que lui le fait à propos sans oublier de soigner sa photo, ses compos et ses cadres (c’est Ridley quand même) et parce que influence, et parce que bon film d’action donc, je l’ai inclus et pis c’est tout.

    donc… suce moi !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s