Retrospective 2011

Le site Cinéma Teaser suit de très très près le travail du monteur Kees van Dijkhuizen, qui livre en fin d’année un montage stylé récapitulant en musique l’année de cinéma venant de s’écouler. Il y avait déjà eu son CINEMA 2009, et son CINEMA 2010, entre-temps, une série intitulée “The Films Of… ” dont chaque volet est consacré à un cinéaste (Nolan, Spielberg, Scott, Burton ou Fincher), et voici donc enfin son CINEMA 2011.

Si certains choix un peu trop appuyés sont bien évidemment discutab’es (Transformers3), leur inclusion est incontestab’e. Certains oublis cependant, tels que Polisse, L’Apollonide, La Guerre Est Déclarée, et surtout L’Exercice De L’Etat sont inacceptab’es, et borderline compréhensib’es si le dude n’est pas français (un vrai cinéphile n’omettrait pas ces films), un poil la loose de la part d’un site qui l’est lui – la loose pour moi aussi du coup. Reste que le truc fonctionne super bien. D’une part, pour la raison évidente que les associations d’idées et le travail de dérushage méritent d’être notés et donne un résultat d’un lyrisme plutôt saisissant (la fin sur le “Spanish Sahara” des Foals fout des frissons), et d’autre part, parce que le film, les choix, en disent long sur l’année pourrie d’Hollywood, vis-à-vis de la constance du cinéma d’auteur. Clairement, et j’imagine que la séquence sur le morceau de Justice le lui incombait, il préfère les images qui tapent, quand bien même seraient-elles issues de films qui sentent la sueur de scrotum, tels que Sucker Punch, Green LanternThe Three Musketeers, Abduction, I Am Number Four, In Time, Pirates des Caraïbes 4, Real Steel, Dream House, Footlose, Breaking Dawn, No Strings Attached, Something Borrowed, The Tower Heist, sans oublier le nanardissime Battle L.A.. Mais il rend tout de même principalement hommage aux belles réussites, aux gros cartons ainsi qu’aux bonnes surprises de cette année, comme DriveMidnight In Paris, Shame, Melancholia, Tree of Life, Take Shelter, Another Earth, Tinker Tailor Soldier Spy, Hanna50/50, Submarine, Ides of MarchThe Adjustment Bureau, The Girl With The Dragon Tatoo, The Lincoln Lawyer, A Dangerous Method, Hesher, Restless, The Guard, Tintin, Hugo Cabret, Harry Potter, The Descendants, Moneyball, Bridesmaids, Beginners, ou encore Mission : Impossible – Ghost Protocol.

Et je me permets de dire ça parce que je m’efforce (oui c’est un effort) de taper plutôt dans le haut du panier. J’ai vu la quasi totalité des films suscités, préférant oublier ceux qui me semblaient particulièrement nazes. Pas besoin de voir Hugo Cabret ou Breaking Dawn pour savoir qu’ils ne me plairont pas, en même temps, je me suis infligé Battle LA… Car honnêtement (oui faut être honnête), quelque part je tiens davantage du spectateur qui, comme le dragueur qui préfère les filles faciles aux pétasses prétentieuses, fait plus volontiers dans la bouse que dans l’indé. Évidemment dans mon cas, on espère toujours être surpris par ce qu’on croirait être un film à la con, comme ce fut le cas pour les re/bo/quels de The Thing, Fright Night, Fast Five, Sherlock Holmes: A Game Of Shadows et Rise of The Planet of The Apes, ainsi que pour Crazy, Stupid, Love, Friends With Benefits, Cedar Rapids, Puncture, Captain America, Source Code, le fulgurant Snowtown et l’extraordinaire Elite Squad 2. Mais le plus souvent, et en particulier cette année, on est déçu (ou en tout cas pas surpris) au pire par du naveton (The Darkest Hour, Cowboys & Aliens, Contagion), du ratage (Limitless, The Hangover 2, Scream 4), ou au mieux du médiocre (Super 8, X-Men First Class, Burke & Hare, Your Highness, 30 Minutes or Less, Super, Warrior, Immortals, Thor) et parfois hélas, même en faisant confiance à son flair, on est pas à l’abri de la petite bouse ou la déception monumentale, à l’image de l’exécrable J.Edgar.

Alors bien sur, c’est juste mon avis – j’ai eu la surprise de découvrir à quel point j’étais décalé par rapport à la critique française – en lisant un Télérama lors d’un séjour chez mes parents – et qui encense, comme elle le fait habituellement (c’est véritablement insupportable) les films de tel ou tel cinéaste juste parce que. Tower Heist, une injure aux spectateur, complétement à coté de la plaque, un bon film ? Contagion, parce qu’il est signé par un Soderbergh incapable de faire de la merde, un excellent thriller ? Ou comme je l’imagine déjà, J. Edgar un chef d’œuvre, parce que Eastwood est intouchable ? Son film est certes plastiquement irréprochable, et l’alchimie entre DiCaprio et Hammer est indéniable, mais le film est si caricatural (caricature du personnage – DiCaprio signe la pire performance de toute sa carrière, le maquillage n’aidant pas, l’accent non plus – et caricature de biopic) qu’il en est ridicule, et lent, et impersonnel. Le dernier film d’Eastwood était une daube inqualifiable, et Invictus était chiant à mourir, tout comme Memory of Our Fathers et Iwo Jima, J. Edgar ne fait pas exception. Eastwood est bon lorsqu’il confronte sa candeur de cinéaste à son cynisme de misanthrope. Ça donne Gran Torino. Le reste du temps, pardon mais le type est juste un vieux cinéaste classiciste complétement dépassé, qui n’a pas été consistant depuis les années 90. En deux mots, évitez cette daube comme la peste quand elle débarquera l’an prochain. J’avoue (et peut-être vous en serez-vous doutés) je suis un peu en colère contre Clint. Fuck him.


Yeah you heard me.

Pour en revenir à la vidéo, voici deux alternatives qui brassent un peu plus large, en nombre, en genres et en nationalités, tout en restant parfaitement américaines :

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s