Le Remake de Robocop, Un Nouveau Projet pour Scott et Une Première image de Skyfall

Merci à Vince Mancini de Filmdrunk – qui était le premier à couvrir de lauriers le fantastique Elite Squad 2 de José Padilha – pour cette pure image d’en-tête. Vous allez comprendre…

Après le désistement de Darren Aronofsky et David Self, et après en avoir confié la réalisation à José Padilha, MGM a donc engagé le scénariste de Gran Torino, Nick Schenk, pour travailler sur le reboot de Robocop – les deux hommes ayant déjà collaboré sur le thriller Tri-Border. Et c’est peut-être une bonne nouvelle. C’est une nouvelle, disons. Pour ceux qui pensent que parce que Nolan a réussi c’est pas une raison pour que tout le monde en fasse autant, cette information risque d’être reçue avec peu d’intérêt, et avec le sentiment grandissant de haine envers la tendance de Hollywood à multiplier les remakes inutiles.

Alors en l’occurrence, si je ne comprends pas pourquoi refaire un Total Recall, en profiter pour chier sur l’héritage de Verhoven, et ne rien apporter de nouveau sur la table à part des effets spéciaux… Le fait que le reboot de Robocop soit confié au réalisateur d’un film qui prime par ses scènes d’action et son sens du suspense; ainsi qu’au scénariste d’un film qui valait surtout pour l’abattage d’un vieux Clint raciste, n’est pas forcement signe de subtilité, ce qui est contradictoire avec les intentions du réalisateur, qui souhaite explorer le moment où Murphy est transformé en RoboCop, après avoir été massacré, et les questions “quand perd-t-on son humanité ? […] Comment prélève-t-on l’humanité de quelqu’un et comment programme-t-on un cerveau, et comment cela affecte l’individu ? ”

Comme le disait Mancini à l’époque, ça a l’air d’être une très mauvaise idée, car ce “moment”, qui ne dure qu’un instant dans l’original, est donc autant de temps où RoboCop ne flingue personne. Et ce qui est fondamentalement essentiel dans RoboCop, c’est la propension du héros à bousiller des mecs et balancer des punch-lines. L’annonce de Padilha aux commandes pouvait rassurer (sérieusement, un œil sur son Elite Squad 2, ‘comprendrez de quoi on parle), et maintenant, celle de Schenk à l’écriture à de quoi intriguer, voire légitimer l’entreprise. Manquerait plus que le film soit PG-13 histoire de faire de la caillasse, et là c’est… c’est la fin des haricots.

***

Ridley Scott est quant à lui attaché à un tripotée de projets depuis des années, comme Steven Spielberg d’ailleurs, donc à moins d’être sur à cent pour cent de ce qu’il fera après Prometheus, tout projet est potentiellement un truc de ouf, ou un pétard mouillé.

En l’occurrence, Toldja.com – relayé par Deadline – a révélé que le script depuis longtemps écrit par le Pulitzer Cormac McCarthy, intitulé The Counselor, qui a déjà été acheté par Steve et Paula Mae Schwartz et Nick Wechsler (déjà producteurs de La Route),  intéresserait Scott, qui serait en négociations pour le réaliser.

The Counselor rappelle le monde brutal dépeint dans No Country For Old Men. Le protagoniste est un avocat respecté pensant pouvoir tremper dans le trafic de drogue sans se mouiller ou se noyer. Il fait son possible pour survivre à cette mauvaise décision et se sortir d’une situation désespérée. [Deadline]

***

Et voici donc la première image du 23e Bond, réalisé par Sam Mendes, toujours avec Daniel Craig dans le rôle de l’agent 007, qui affrontera cette fois Javier Bardem.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s