John Carter Serait Finalement Pas Trop Mal ?

Après une campagne marketing fantastiquement ratée («on a jamais vu ça» me dévoile Jean-Jacques M. de Marketing Raté Magazine), Disney a décidé, dans un moment de désespoir qui confine au magique, de tenter le tout pour le tout pour son John Carter – anciennement intitulé John Carter Of Mars – et ce faisant, déconcerter davantage un public pour le moins confus devant une suite de bandes-annonces ayant l’air d’annoncer une suite à un premier épisode qu’on aurait loupé.

Histoire d’amortir leur investissement de 250 millions qui sort ce vendredi aux USA et dont tout le monde se contrefout, (normal) le studio de Mickey, Minnie, Donald et tous leurs amis a eu la bonne idée de sauver son blockbuster d’un flop annoncé en dévoilant les 10 premières minutes, afin de revitaliser (z’avaient pas de flûtine) l’intérêt pour le “dernier” Andrew Stanton.

Andrew Stanton, qui a quand même réalisé Wall-E et Le Monde de Némo et co-écrit A Bug’s Life et les trois Toy Story et qui va peut-être devoir revenir rapidos à l’animation.

Encore une belle connerie de la part de Disney, qui n’a pas dit une seule fois de qui est signé ce film, de qui est signé le bouquin qui inspire ce film – le ‘Princess Of Mars’ de Edgar Rice Burroughs (quand même) – ou que Willem Dafoe, Samanta Morton, Ciarán Hinds, Mark Strong, Dominic West, James Purefoy et Polly Walker prêtent leurs voix ou leurs personnes – ainsi que David Schwimmer ou Jon Favreau – parce que le projet est cher au réalisateur (oscarisé).

Or cet extrait est susceptible de désappointer ceux qui ont vu les bandes-annonces et qui seront en mal de trouver des points communs entre les images attaque-des-cloniennes vues dans celles-ci et ce western qui fait quand même un peu production télé – de bonne qualité, mais quand même (Deadwood et Hell On Weels n’avaient pas le même budget), bref “demerdez-vous avec ça” semble dire Disney, qui ne sait visiblement plus quoi faire. J’ai failli dire les pauvres, mais ils sont plus riches que moi.

Perso, je trouve que le film n’a pas l’air aussi mauvais qu’on est en droit d’imaginer, au sens où les images m’ont plus ou moins convaincu, tout comme Taylor Kitsch (Putain Tim Riggins, entre ça et Battleship, qu’est-ce que tu fous avec ta carrière sérieusement ?), et que ce qu’il manquait au film c’était un minimum de contexte, ce que la vidéo parvient à peu près à faire. Le truc c’est que si un studio comme Disney n’arrive pas à nous faire comprendre de quoi il est question, et à nous donner envie de le voir, c’est mauvais signe. D’un autre côté bien des studios ont réussi à nous vendre des merdes en nous promettant des trucs de dingue, donc peut-être que leur incapacité à nous vendre John Carter est au contraire plutôt bon signe.

Et puis Bryan Cranston est présent. Bryan Cranston augmente de 83% la qualité de n’importe quoi. C’est scientifiquement prouvé.

En termes de matériau de base, le livre a presque un siècle, et le problème visible dans les bandes-annonces est qu’elles montrent des images, des effets, un style qui a l’air d’avoir été empr… salement copié sur Star Wars, Avatar, King Kong ou Lord Of The Rings, et que personne, à un moment du développement ne s’est dit qu’il faudrait peut-être faire quelque chose d’un peu différent. Différent d’un héros qui est le croisement entre Conan The Brobarian et Prince of Persia, évoluant dans un paysage et un bestiaire rappelant le monde humanoïdo-insecte de L’Attaque des Clones, et différent d’une intrigue qui rappelle Avatar ou CowBoys & Aliens.

Et personne, certainement, ne s’est dit qu’il faudrait peut-être, sur un quart de milliard de dollars, miser sur un budget fausse moustache, parce que là ça déconne.


Faisons comme si on avait rien vu

3 thoughts on “John Carter Serait Finalement Pas Trop Mal ?”

  1. C’est marrant tu cites L’Attaque des Clones, Avatar et Cowboys et envahisseurs qui sont tout trois de mauvais films…

    1. De mauvais films ça se discute, mais oui, ce ne sont pas de bons films. L’article parle surtout de l’imagerie. C’est vrai que les bandes-annonces y font penser en tout cas.

  2. Oui, mais ça n’a pas vraiment de rapport ici, vu qu’on parle de la ressemblance esthétique entre ces films et ce film, qui est pourtant basé sur un livre écrit au début du vingtième siècle, et qui, en plus de son tournage à 250 millions de dollars, en a dépensé 100 autres dans une campagne marketing, qui suit la logique stupide que leur film ressemble aux dits films, qui sont certes mauvais, mais qui ont néanmoins rencontré un succès domestique ou planétaire conséquent.

    C’est donc un peu écœurant, en ces temps de crise, que l’on puisse dépenser un dixième de Milliard de dollars pour une stratégie marketing qui ne fait que démontrer la vacuité intellectuelle et morale d’Hollywood, de Disney, et du marketing en général, puisque ceux-ci préfèrent miser sur des bandes-annonces qui appuient bien sur le fait que les effets spéciaux sont réussis et que ceux qui ont aimé les films suscités (y z’ont droit) ne seront pas trop dépaysés, quand il suffirait de dire que le réalisateur est aussi celui de Wall-E et l’auteur du livre est un Pullitzer qui a aussi inventé Tarzan.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s