Omar Sera Ol’ Dirty Bastard, Indeed.

Michael Kenneth Williams a signé pour incarner le membre adoré du Wu-Tang dans un biopic intitulé Dirty White Boy, qui sera réalisé par Joaquín Baca-Asay, et qui raconte la vie de Russell Jones du point de vue de Jarred Weisfeld, un stagiaire âgé de 22 ans sur VH1 et qui devint, alors que le rappeur était en prison, son manager. Il s’agit probablement de l’association la plus géniale depuis le pain et le beurre.

EW has learned exclusively that Michael K. Williams, 45, will star in an upcoming film about the legendary Wu-Tang Clan rapper and all-around troubled soul Russell Jones, a.k.a. Ol’ Dirty Bastard, whose impressive mic skills and outrageous showmanship were eclipsed by his erratic offstage behavior, assorted arrests, and an early death.
Joaquín Baca-Asay, the cinematographer on We Own the Night, Roger Dodger and Jay-Z’s video for 99 Problems, is also joining the project, making his feature directorial debut.
The movie is based on the final years of ODB’s life — a true story that is nonetheless stranger than fiction.
Titled Dirty White Boy, the film focuses on the offbeat friendship between the Wu-Tang Clan co-founder and Jarred Weisfeld, a 22-year-old VH1 production assistant who through a lot of hustle (and the occasional lie) talked his way into becoming the rapper’s manager when Jones was serving a three-year stint in prison in the early 2000s.
Despite Weisfeld’s inexperience, and having a client whose talent was undermined by addiction and mental illness, the novice manager engineered an unlikely comeback — only to have it cut short by the star’s fatal drug overdose in 2004 at age 35. – [EntertainmentWeekly]

Un film sur la vie de ODB est déjà, en soi, intéressant (et je fais preuve de réserve), parce que le mec était un électron libre, et dans ce qui reste le groupe le plus important de l’histoire du hip-hop, mais aussi un humoriste né (parfois, comme pour Van Damme, ça n’était pas intentionnel), et un vétéran de la vie, et à ce sujet, je prie Big Baby Jesus que cette anecdote soit adressée dans le film :

Williams, après des petits rôles dans The Sopranos a véritablement explosé dans The Wire, tout en étant tout aussi remarquable dans ses rôles dans Alias ou le mésestimé Killpoint, dans lesquels l’acteur montrait d’autres facettes de sa personna à l’écran, comme dans l’impressionnant Boardwalk Empire, où il lève le pied sur l’attitude, mais renforce son côté menaçant, côté qui émane presque naturellement chez lui, comme on peut en juger dans Community, ce qui est surprenant au regard de sa personnalité avenante et cordiale sur les plateaux télé. C’est donc vraiment intéressant que l’acteur ait été choisi pour camper un histrion de la trempe d’ODB, et je suis curieux de voir ce que ça va donner.

Et puisque le sujet invite à déballer mes vidéos préférées de ce bon vieux Dirt McGirt.

3 thoughts on “Omar Sera Ol’ Dirty Bastard, Indeed.”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s